01/04/2008

Dewael et Reynders ont un accord sur Fourons

Au soir du 13 juin 2007, soit trois petits jours après les élections fédérales du 10 juin, Patrick Dewael, en sa qualité de Ministre de l’Intérieur, a signé un arrêté à la demande du Gouverneur de la Province du Limbourg, Steve Stevaert, permettant la création d’un poste avancé du Corps d’Incendie de Bilzen à Fouron-le-Comte (commune de Fourons) et écartant du coup les Services d’Incendie de Herve-Battice et de Plombières, seuls compétents sur le territoire fouronnais jusqu’à l’heure actuelle.

La loi du 15 mai 2007 relative à la sécurité civile introduit une notion que nos institutionnalistes nous avaient fait oublier: l'efficacité ou l'aide adéquate la plus rapide (article 6).  Et elle précise que "les frontières des provinces, des zones de secours et des communes ne forment pas obstacle à l'intervention des postes" dans ce but d'efficacité (article 7). Cette loi réservera encore bien des surprises dans son application concrète.

L’entourloupette de Dewael qui signe le 13 juin 2007 un arrêté qui se base sur l’ancienne loi de 1963 pour créer un poste avancé du Service d’Incendie de Bilzen à la « Schietekamer » à Fouron-le-Comte, juste avant l’entrée en vigueur de la nouvelle loi du 15 mai 2007, crée ainsi les conditions pour un grand bouleversement.

Ainsi, Visé, Hermalle (quartier de la Clinique), Haccourt, Richelle, Lixhe, Berneau, Bombaye, Dalhem, Aubin-Neufchâteau, Mortroux, Saint-Jean-Sart et une grande partie d’Aubel (sauf La Clouse et le zoning de la rue de Battice) seront défendus par le poste avancé « Schietekamer » de Bilzen.

Et là, l’institutionnel revient au galop. C’est à cause des 2000 néerlandophones unilingues des Fourons que Voerbelangen ne voulait plus des pompiers de Herve. Conséquence : 20.000 Wallons de Visé, Dalhem, Oupeye et Aubel bénéficieront des pompiers unilingues flamands de la « Schietekamer » (car ces pompiers ne devront pas connaître le français puisqu’ils seront engagés par Bilzen).

Mais on est entre libéraux et Reynders se dit prêt à faire des accords. Les bourgmestres des communes concernées sont MR et ils accepteront bien ce que le MR (Moi Reynders) aura décidé pour eux. Gérard Deprez, à l'époque président du PSC, avait d'ailleurs "sacrifié" de la même façon sa majorité communale de Comines-Warneton dans le cadre de la loi de pacification.  

« Schietekamer » (point A sur la carte ci-dessous) devient le centre d’une nouvelle commune dont voici l’étendue géographique :

nouvelle-carte-fourons

La frontière avec les Pays-Bas ne bouge évidemment pas, mais au Sud et à l’Ouest Fourons s’agrandit de tous les villages cités.

La Région wallonne aura son mot à dire sur l’avenir de certaines de ses villes ou communes. Oupeye sera un peu amputée. Visé et Dalhem disparaîtront probablement au profit d’une nouvelle commune de Cheratte. Les restes d’Aubel seront sans doute partagés entre Clermont-Thimister, Welkenraedt et Plombières qui s’agrandira du côté de l’Est fouronnais puisque ses pompiers (caserne de Montzen la plus proche) y retrouveront leur compétence.

On sait aussi depuis le conseil communal des Fourons du 20 mars 2008 que Huub Broers entretient d’excellentes relations avec le député-bourgmestre d’Aubel, Jean-Claude Meurens, à qui le maïorat de la nouvelle commune aurait déjà été promis.

 

 

07:09 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : reynders, fourons, aubel, vise, dalhem, bilzen, plombieres, dewael |  Facebook |

Commentaires

C'était un poisson. Mais pas tout! C'est évidemment un poisson d'avril: il n'y aura pas d'agrandissement de la commune des Fourons et Jean-Claude Meurens n'en deviendra pas le bourgmestre, mais les premiers paragraphes sont exacts: les 20.000 Wallons de Visé, Hermalle (quartier de la Clinique), Haccourt, Richelle, Lixhe, Berneau, Bombaye, Dalhem, Aubin-Neufchâteau, Mortroux, Saint-Jean-Sart et une grande partie d’Aubel (sauf La Clouse et le zoning de la rue de Battice) seront défendus par le poste avancé « Schietekamer » de Bilzen.

Ces pompiers ne devront pas connaître le français puisqu'ils auront été engagés par Bilzen.

Et si personne n'a encore réagi, c'est sans doute que MM. Jeholet et Reynders sont bien d'accord avec M. Dewael à ce sujet. Je ne sais pas si on a demandé l'avis de MM. Dewez (Dalhem), Meurens (Aubel) et Neven (Visé).

Écrit par : Jean-Louis Xhonneux | 02/04/2008

Voilà une idée qu’elle est bonne !!!
Mais oui réfléchissez : Avec des pompiers on fait des économies d’échelle !
L’idée est d’utiliser ces camions lors des interventions sur Aubel comme navette pour l’échange des livres entre les bibliothèques d’Aubel et de Fourons !!
(Vo n’tuser à rin céss vo auts)
Blague dans le coin, c’est débile comme situation.

Écrit par : Piron Henri | 04/04/2008

Réaction visétoise Je lis dans "La Meuse" du 2 mai 2008: Notons que le nouveau poste avancé de Fouron englobera Visé mais il ne [u]devrait[/u] pas y intervenir. "[i]Ce poste était attendu depuis l'annexion des Fourons à la Flandre, en 1962. Il n'a rien à voir avec la réforme[/i]", précise Marcel Neven.

[b]Permettez-moi de douter très fort des arguments avancés par Marcel Neven dans ce cas-ci.[/b]

Écrit par : Jean-Louis XHONNEUX | 02/05/2008

Le dossier soumis par Philippe Courard au gouvernement wallon Contrairement aux propos lénifiants de Marcel Neven (MR), le député Michel de Lamotte (CDH) a interpelé le ministre wallon Philippe Courard (PS) sur les conséquence de la réforme des services d'incendie prévue dan sl aloi du 15 mai 2007.

En effet, selon la loi et puisqu'il convient d'être le plus efficace possible, comme le rappelle Pascale Serret dans "Vers l'Avenir" du 3 mai 2008, [i] "les frontières des provinces, des zones de secours et des communes ne forment pas un obstacle à l'intervention des postes". [/i] C'est sur cette base que, partiellement ou totalement, les communes de Visé, Hermalle, Haccourt, Dalhem, Bombaye, Aubin-Neufchâteau, Mortroux, Aubel et Saint-Jean-Sart (province de Liège) seront couvertes par un poste avancé [à construire à la Schietekamer à Fouron-le-Comte] du corps d'incendie de Bilzen, commune flamande située dans le Limbourg.

[i]"Ces pompiers, engagés par Bilzen, ne seront pas tenus de connaître le français" [/i], fait remarquer Michel de Lamotte.

Que peut faire la Région wallonne dans ce dossier? Philippe Courard a l'intention de rédiger une note qu'il présentera lors du prochain gouvernement wallon.

Écrit par : Jean-Louis Xhonneux | 05/05/2008

Les commentaires sont fermés.