11/05/2011

Majoritaires en 2020?

Où? Fourons! Qui? Les Hollandais.

Population.JPG

Le nombre d'étrangers implantés dans notre commune est passé de 475 en 1971 à 1117 au 1.1.2010. Les chiffres détaillés sont disponibles ici.

Ces dernières années, le nombre total des habitants des Fourons a diminué de  5 %, alors que le nombre d'étrangers a augmenté de 235 %. En même temps, la population belge a diminué de 24 %, passant de 3958 en 1971 à 3015 en 2010.

Si l'évolution continue à cette vitesse, et tenant compte du fait que les Hollandais représentent 90 % des étrangers présents dans notre commune, on peut s'attendre à ce qu'ils soient majoritaires en 2020.

Un des pères du mouvement flamand dans notre commune, récemment honoré par une publication, m'a dit un jour dans les années 70: "Tu verras, un jour nous ferons une liste des Belges pour nous opposer aux Hollandais". Aurait-il encore eu raison sur ce point-là aussi?

17:32 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Gestion communale, Politique, Vie locale | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

27/04/2011

Décès de Jacqueline Engel-Etienne

20040912_060_Engel.jpg

En juillet 2007, j'ai annoncé sur ce blog le décès de Jean-Pierre Engel. Aujourd'hui j'ai appris le décès de Jacqueline Engel-Etienne. Elle va enfin rejoindre son Jean-Pierre, comme elle l'espérait depuis bientôt 4 ans. 

Jacqueline et Jean-Pierre Engel habitaient Genève, mais ils étaient profondément Jurassiens. C'est à ce titre qu'ils avaient fortement contribué à l'organisation de la 1ère Conférence des Peuples de Langue française à Genève il y 40 ans. Je les ai rencontrés pour la première fois à la 4ème Conférence à Québec en 1978 et nous nous sommes revus souvent depuis. Aussi longtemps que leur santé le leur a permis, ils ont été de fidèles participants de la Fête du Peuple jurassien.

Au revoir, Jacqueline. 

11:25 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

02/04/2011

Un accueil mémorable

20110328_Marois.jpg

Nous étions invités lundi dernier à la remise du prix Louis-Joseph Papineau à Madame Pauline Marois, chef du Parti Québécois, à Montréal. Cela se passait dans le cadre du "Cocktail-dînatoire des 92 Résolutions" qu'organise annuellement le "Rassemblement pour un pays souverain". Cette année, il a remis à cette occasion "Les Grandes Palmes d'or Patriotiques" à Marc-Aimé Guérin, éditeur et poète, et à Gilles Vigneault, le chanteur et poète internationalement connu.

Prenant la parole pour remercier les organisateurs, Pauline Marois, très probable future première Ministre du Québec, a relayé les quelques mots que j'avais eu l'occasion de prononcer à propos des Fourons. Alors que la classe politique belge francophone et wallonne a tendance à oublier de prononcer le mot "Fourons", cela fait vraiment chaud au coeur d'entendre parler aussi chaleureusement des Fourons. Merci, Madame Marois.   

15:58 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Actualité, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/03/2011

Une mauvaise foi évidente

Langue et territor.jpgLa version française de la brochure "Taal en territorialiteit" est téléchargeable sur ce site.

Il faut lire ça pour se rendre compte de la mauvaise foi de ce professeur de Droit constitutionnel et de Libertés publiques à l'Université de Namur. Mais la lecture est intéressante puisqu'elle permet de voir comment les flamands sont informés.

On peut évidemment partager l'indignation de l'auteur par rapport au premier demi-siècle de l'existence de la Belgique où on niait la langue d'une majorité de la population. Je peux même regretter que les politiciens wallons se soient opposés à un certain bilinguisme. C'est un fait historique indéniable.

Mais si je reprends l'histoire des 50 dernières années, je ne peux accepter qu'un professeur de Droit constitutionnel nie systématiquement qu'il y a eu des compromis pour voter des lois ou des réformes de la Constitution et que, bizarrement, chaque fois, ce qui était concédé aux francophones n'a pas été (ou n'est plus) exécuté.

Quand ce professeur parle du statut linguistique des Fourons, il ne signale pas du tout l'existence de la Commission permanente de Contrôle linguistique, ni celle du Commissaire d'arrondissement-adjoint. Ce sont pourtant ces deux points-là qui ont permis à Arthur Gilson de faire passer l'annexion des Fourons au Limbourg, alors que cette annexion avait été rejetée par une majorité du Sénat dans un premier vote. 

Comment concilier les propos de ce professeur avec ceux de  juristes éminents comme le professeur Christian Behrendt, professeur à l’Université de Liège, ou Frédéric Gosselin, chargé de cours à l’Université Libre de Bruxelles,  qui accordent une place primordiale à la jurisprudence de la Commission permanente de Contrôle linguistique et aux dispositions des lois coordonnées sur l’emploi des langues en matière administrative, dispositions qui font de la CPCL – et non du Conseil d’Etat – l’instance de référence en la matière.

Pour M. Vuye, il n'y a évidemment que la Chambre flamande du Conseil d'État qui compte.

Comme elle d'ailleurs, il base tout son raisonnement sur l'article 4 de la Constitution qui dit, dans son premier paragraphe, que la Belgique comprend quatre régions linguistiques: la région de langue française, la région de langue néerlandaise, la région bilingue de Bruxelles-Capitale et la région de langue allemande.

Mais il ne dit évidemment pas comment cet article a été adopté le 18 juin 1970 en créant en même temps un paragraphe qui concernait les Fourons et qui devait permettre de sortir les Fourons de la division en provinces. Le troisième paragraphe de l'article 5 de la Constitution prévoit d'ailleurs encore toujours qu'une loi peut soustraire certains territoires à la division en provinces et les faire relever directement du pouvoir exécutif fédéral et les soumettre à un statut propre.

Cette disposition a été votée en échange du premier paragraphe de l'article 4. L'article 4 a été exploité par les flamands à outrance et le troisième paragraphe de l'article 5 est resté inemployé. 

Lorsque le législateur a voté la loi de pacification du 9 août 1988, il a voulu mettre à l'abri les mandataires communaux élus directs en leur accordant la connaissance irréfragable du néerlandais. Cela sous-entendait clairement qu'on savait bien qu'ils ne connaîtraient pas nécessairement cette langue, mais que leur qualité d'élus directs les mettrait à l'abri d'un renversement de cette présomption. Cela signifiait aussi qu'on admettait que le français pourrait être employé dans les débats du conseil et du collège.

Qu'en font le professeur Vuye et tous les autres flamingants? "Puisque vous avez la connaissance irréfragable du néerlandais, vous devez employer exclusivement cette langue", disent-ils à nos élus.

Tout cela est expliqué dans cette brochure dont je recommande la lecture critique. La préface est signée par Luc Vandenbrande, l'instigateur des fameuses circulaires (écrites à l'époque où un certain Huub Broers travaillait à son cabinet). 



18:03 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

13/01/2011

Broers encore en infraction

bull_adj.jpg

La Commission permanente de Contrôle linguistique a jugé, le 17  décembre dernier, que la commune des Fourons s'est encore illustrée (négativement, évidemment) parce qu'elle ne respectait pas législation linguistique en publiant ses avis uniquement en néerlandais dans le Bulletin des Adjudications.

 

 

20:57 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Actualité, Gestion communale, Politique, Vie locale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/12/2010

La commune communique

Via sa page sur Facebook, la commune des Fourons communique:

Pas de collecte porte-à-porte des PMC à cause de routes enneigées et verglacées (ce mardi 21 décembre)!

Limburg.net et les firmes de collecte comptent sur la compréhension des habitants et demande de rentrer les déchets qui n’ont pas été enlevés et de les remettre au prochain enlèvement.
Plus d'info? prenez contact avec le service environnement :04 381 90 53

Par ailleurs, le conseil communal des Fourons se réunira le mardi 28 décembre prochain. Plus de détails à ce sujet ici.

12:50 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Actualité, Gestion communale, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/12/2010

bpost s'améliore, mais il y a encore du travail

CPCL_421028b.JPG

bpost s'est engagé à rendre son site  internet en français conforme à la législation linguistique. La ministre Vervotte l'a écrit à la Commission permanente de Contrôle linguistique (dans une lettre où elle qualifiait aussi La Calamine de commune francophone!).

La Commission permanente de Contrôle linguistique a pris acte de cet engagement dans son avis n° 42.102 en précisant bien que les noms de lieux qui ont une traduction officielle doivent figurer en français sur le site internet en français de bpost (la nouvelle appellation de "La Poste").

09:13 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Actualité, Général, Politique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/11/2010

Décès de Léon Schoonbroodt

Schoonbroodt_Leon.jpgNous avons appris récemment le décès de Léon Schoonbroodt, l'ancien bourgmestre de Thimister-Clermont. Léon était né le 30 janvier 1942 à Thimister et il y est décédé le 16 novembre 2010.

Léon est encore venu nous dire "au revoir" à la Fête du Peuple fouronnais le mois dernier.

Même si on le voyait maintenant moins souvent, il était resté un ami fidèle du combat fouronnais.

Conseiller communal de Thimister de 1971 à 1976, puis à Thimister-Clermont jusqu'en 2000, il a été bourgmestre de Thimister-Clermont de 1983 à 1994. 

Actif défenseur de la cause fouronnaise, il était aussi secrétaire politique de la section Herve-Aubel du Rassemblement wallon en 1972 et conseiller provincial du Rassemblement wallon de 1971 à 1977. Le jeu de l'apparentement l'a empêché d'être élu à la Chambre en 1974 malgré un très bon score. Après l'implosion du Rassemblement wallon, il adhère au PRLw dont il sera conseiller provincial à Liège de 1977 à 1981.

Ces quelques mots de Didier d'Oultremont, l'actuel bourgmestre de Thimister-Clermont, le décrivent bien: "C'est quelqu'un qui a compté à Thimister-Clermont. Il était amoureux de sa commune, de sa région, de son histoire et il a défendu la Wallonie! Ses opinions étaient tout à fait wallonnes et ce n'est pas une mauvaise chose quand on voit ce qu'on vit aujourd'hui...".

17:37 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Général, Politique, Vie locale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/11/2010

Soutien du Jura aux Fourons

 

20101017_FDPF_Jura.jpg

Sous cette photo montrant la délégation jurassienne (Pierre-André Comte, Christian Vaquin et Jean-Pierre Aellen) avec votre serviteur, "Le Jura Libre" du 28 octobre 2010 relate la présence d'une délégation du Comité exécutif du Mouvement autonomiste jurassien (MAJ) à la 34ème Fête du Peuple fouronnais.

Pour lire cet article, cliquez ici.

 

11:36 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Actualité, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

16/10/2010

Incorrigible bureau de poste de Fouron-Saint-Martin

20101016_Bpost_FSM.jpg

Malgré différents rappels et notamment l'avis n° 41.060 de la Commission permanente de Contrôle linguistique, adressé par lettre du 4 juin 2009 au Ministre compétent, le bureau de poste de Fouron-Saint-Martin refuse obstinément d'appliquer la législation linguistique.

20101016_BPost_Salut.jpg

Son chef nous adresse ses sincères salutations, mais sa signature, dans le texte français, est un mélange d'anglais et de néerlandais. 

Lorsque la société sera entièrement commerciale, elle devra nous traiter, non plus comme des "chers habitants", mais comme des "clients". Espérons pour lui que le chef d'équipe aura l'ouverture d'esprit nécessaire, mais son passé ne plaide pas pour lui.

Et tout ça, évidemment, pour nous dire que, dès la Toussaint, on ne plaisantera plus avec les noms des rues que Voerbelangen nous impose: sans adresse conforme, le courrier sera renvoyé à l'expéditeur.

17:53 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Gestion communale, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

6 sur 10 pour les bornes de notre parc à conteneurs

20101016_001_parc.jpg

J'avais déposé plainte contre la commune des Fourons le 27 mai dernier auprès de la Commission permanente de Contrôle linguistique. La commune a reconnu le rôle de la Commission et elle lui a fourni d'amples informations avec photos et annexes. Voilà une belle évolution qu'il faut signaler car, il y a peu de temps encore, M. Broers prétendait que cette Commission n'avait rien à dire, etc., etc. 

La Commission s'est prononcée le 7 octobre dernier et elle a constaté (dans son avis n° 42.089)  que toutes les communications sont établies en néerlandais et en français et que les gardiens du parc sont légalement bilingues.

Mais, je ne peux pas attribuer un 10/10 pour cela parce que:

  1. la commune dénomme son parc à conteneurs "recypark" en français. Je sais que les parcs à conteneurs d'Intradel s'appellent "récyparcs", mais je ne vois pas pourquoi ce mot doit prendre un "k" chez nous.
  2. l'écran du système de contrôle devrait afficher au départ deux phrases équivalentes: "identiteitskaart invoeren a.u.b." et "introduisez votre carte d'identité".
  3. le systême de contrôle d'accès par la carte d'identité électronique pourrait tout simplement choisir la langue de la carte d'identité introduite pour la suite des opérations (mais cela remettrait en cause la circulaire Keulen sans doute?).
  4. A la fin des opérations, pourquoi faut-il à nouveau choisir sa langue? Le ticket devrait automatiquement être imprimé dans la langue qui a été choisie à l'entrée ou dans la langue de la carte d'identité.

Voilà pourquoi je retranche au moins 4 points et j'accorde généreusement un 6/10, sans me prononcer sur les prix de ce parc à conteneurs et sur le carrousel ridicule qu'il implique.

 

 

17:22 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Gestion communale, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

15/10/2010

Nos GSM révèlent notre appartenance à l'arrondissement de Verviers!

Carte_communications_GSM.JPGCarte_communications_GSM_legende.JPG

carte et légende publiées dans l'étude de

Carte_communications_GSM_titre.JPG

Les auteurs de l'étude se sont penchés sur les relations sociales se concrétisant par des appels de téléphonie mobile. Les cartes qui en sont issues frappent par le tracé des frontières des différents « bassins de téléphonie ».

Il apparaît ainsi que, à quelques exceptions près, la frontière linguistique est fort étanche. Une exception notable est la ville de Bruxelles qui, du point de vue de la fréquence des appels, apparaît fermement ancrée dans un bassin de téléphonie comprenant sa périphérie située en Brabant flamand et le Brabant wallon dans sa quasi-totalité. En ce qui concerne la durée moyenne, Bruxelles, ainsi que huit communes à facilités (dont cinq des six entourant Bruxelles) se révèlent intégrées au bassin francophone.

La frontière linguistique est suivie par les limites des « bassins téléphoniques », à l’exception du bassin de Bruxelles (en rouge sur la carte) et des communes à facilités d'Espierre-Helchin, Comines-Warneton, Herstappe et Fourons. La langue semble donc bien être une barrière forte en matière de communications téléphoniques.

On constate que le découpage nord-sud suit la frontière linguistique à quelques exceptions près. Sans surprise, ces exceptions sont toutes des communes à facilités. A l’exception de Wemmel, les communes à facilités de la périphérie bruxelloise (Drogenbos, Crainhem, Linkebeek, Rhode-Saint-Genèse, Wezembeek-Oppem) sont toutes regroupées avec les communes du sud du pays. Trois autres communes à facilités de la région flamande et situées hors de l’influence de Bruxelles font également partie du groupe du sud du pays: Espierres-Helchin, Fourons et Herstappe. Enfin, toutes les autres communes à facilités sont, elles, associées au groupe de leur région linguistique : Comines-Warneton, Enghien, Flobecq et Mouscron (groupe du sud), et Messines, Biévènes et Renaix (groupe du nord).

 

 

 

 

 

10:56 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Actualité, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/10/2010

Belle maison à louer à Fouron-Saint-Pierre

20101005_presbytere.jpg

La Fabrique d'église de Fouron-Saint-Pierre a fait restaurer le presbytère et le met en location au prix de 1.400 euros par mois + les charges.

Maison complètement rénovée. Situation exceptionnelle, dit l'annonce parue en néerlandais uniquement dans un journal "toutes boîtes". Composition: hall, cuisine, séjour, terrasse, beau jardin à l'avant et à l'arrière. Trois chambres au premier étage, salle de bain et wc. Grand genier isolé et chauffé au deuxième étage.

20101005_affiche.jpg

Comme je n'ai pas trouvé la face française de l'affiche (pourtant légalement obligatoire pour une Fabrique d'église des Fourons), je ne pourrai que vous montrer celle-ci. N'hésitez pas à contacter le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme si vous aviez le moindre problème, comme Wallon ou Francophone, en contactant le numéro de téléphone affiché.

17:33 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Gestion communale, Politique, Vie locale | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

16/09/2010

Robert Liebens nie avoir frappé

 

20100916_Robert_Liebens.jpg

Robert Liebens interviewé par François Braibant (RTBF)

L’auteur présumé de l’agression sur le président du parlement flamand Jan Peumans (N-VA) a formellement contesté les faits que celui-ci lui attribue. Il y a eu agression verbale mais aucun coup, déclare Robert Liebens, militant de l’Action Fouronnaise.

 

Il y a eu une altercation verbale mais aucun coup n’a été porté, a affirmé le militant de l’Action fouronnaise Robert Liebens au cours des nombreuses interviews qu'il a données ce jeudi après-midi. L’auteur présumé de l’agression sur le président du parlement flamand Jan Peumans a formellement contesté les faits que celui-ci lui attribue.

« J’allais reprendre ma voiture dimanche vers 17h30 après avoir quitté la fête consacrée à Visé au vieux train à vapeur. C’est à ce moment que j’ai entendu derrière moi quelqu’un dire en flamand : c’est une organisation de ces connards de l’Action fouronnaise ! Je me suis retourné et j’ai tout de suite reconnu Jan Peumans qui parlait à son épouse. Je lui ai demandé pourquoi il disait ça et le ton est effectivement monté entre nous. Un moment, son épouse a voulu me donner un coup avec son parapluie que j’ai réussi à retenir. Mais c’est le seul geste que j’ai fait », a-t-il expliqué.

Une patrouille de police est arrivée. Elle était prête à laisser les protagonistes s’en aller puisqu’il ne s’agissait que d’une altercation verbale mais M. Peumans a insisté pour que les policiers prennent sa déposition. Selon M. Liebens, le président du parlement flamand monte cette histoire en épingle pour en tirer un profit politique. « Je trouve incroyable l’ampleur que cela prend. Il paraît que Rudy Demotte et Elio Di Rupo sont déjà en train de condamner cette soi-disant agression alors qu’ils ne savent même pas ce qui s’est passé », a-t-il ajouté La Meuse cite un témoin qui confirme cette version des faits.

 

 

 

 

20:35 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

L'affaire Peumans

 

Peumans.JPG

 

La presse francophone reproduit largement le communiqué Belga au sujet de cette affaire. Elle aurait pourtant pu se renseigner auprès de l'auteur présumé de l'agression.

Dimanche, plus de 2000 personnes ont participé à la Fête du Rail en prenant le train à Visé dans le cadre du 125ème anniversaire des chemins de fer. Peumans, qui passait à pied près de la gare de Visé, a dit à sa femme qui l'interrogeait sur la présence de tout ce monde: "ce sont les connards de francophones des Fourons qui ont organisé cela". Cette phrase a été entendue (et comprise) par un fouronnais et un échange verbal s'en est suivi.

Peumans exagère les coups reçus (voilà pourquoi les policiers ne voulaient sans doute pas verbaliser).

Incident regrettable mais mineur qui montre cependant que le problème fouronnais est loin d'être aussi bien "réglé" que le prétend Huub Broers, l'ami de Peumans.

 

11:43 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/08/2010

Laissons la place à Bart

EDR_BDW.jpg

Comme Huub Broers l'annonce sur son blog, les négociateurs francophones vont encore se faire "rouler" s’ils croient obtenir quelque chose en échange de la promesse du vote d'une loi spéciale qui limiterait la portée des circulaires Peeters et consorts en imposant aux Francophones qui souhaitent l'application des facilités de faire périodiquement (une fois par an ?) une déclaration dans ce sens.

D'abord, comme d'habitude, il faudra se contenter d'une promesse et, comme précédemment (cfr. le gouvernement Tindemans qui allait inscrire un paragraphe spécial dans la Constitution pour sortir les Fourons de Flandre) la promesse ne sera peut-être pas tenue par les hommes politiques flamands le moment venu, lorsqu’ils auront engrangé la contrepartie concédée par les francophones.

Ensuite, le poison se trouve déjà dans le commentaire de Huub Broers puisqu'il dit que, en acceptant cette concession flamande sur les circulaires, les négociateurs francophones accepteraient définitivement que la langue exclusive des administrateurs est le néerlandais. C'est tout le contraire de ce qui a été négocié dans le cadre de la loi de pacification puisque la connaissance irréfragable du néerlandais y a été introduite pour mettre à l'abri des chambres flamandes du conseil d'état les élus qui n'auraient pas cette connaissance. C'était bien le surréalisme belge qui avait inventé cette connaissance irréfragable... Mais elle devait permettre aux échevins et conseillers communaux francophones de continuer à s'exprimer, au moins oralement, en français.

Enfin, pourquoi faudrait-il faire une concession à ce sujet puisque les facilités se trouvent clairement et pour toujours (bétonnées constitutionnellement disait Dehaene) dans la législation linguistique?

De plus, certains négociateurs seraient sur le point de faire des concessions sur des principes (droits des francophones établis en Flandre) en échange de fric (pour Bruxelles). C'est un véritable scandale.

Les propos de Bart De Wever de ce soir sont pires encore, mais c’est ce que beaucoup de Wallons craignent depuis longtemps, si Elio veut être Premier Ministre, il doit faire plus de concessions sur le dos des francophones ! Dans ce cas, il serait plus prudent de laisser la place de Premier Ministre à Bart et de lui demander de faire des concessions.

20:30 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

28/07/2010

Un lieu-dit en l'honneur du sénateur Magis, pionnier du mouvement wallon.

20100727_144632_004.JPGLa population des Fourons et des environs avait pris l'habitude de parler du château Magis et on avait un peu oublié d'où venait ce nom.

Lors de l'introduction des nouveaux noms de rues, la majorité flamande qui nous dirige a officialisé le nom "Magis" et elle n'avait sans doute pas mesuré la portée de son acte.

En effet, la biographie d'Alfred Magis que nous livre l'historien Paul Delforge est particulièrement intéressante.

 

MAGIS Alfred

Né à Liège le 7 février 1840, décédé à Liège le 3 décembre 1921.

Après des humanités classiques à l’Athénée de Liège, Alfred Magis obtient brillamment les diplômes de docteur en droit (1861) et en sciences politiques et administratives (1863) à l’Université de Liège. Il est inscrit comme avocat à la Cour d’appel de Liège de 1861 à 1882 et exerce de nombreux mandats de commissaire ou d’administrateur dans d’importantes sociétés bancaires, financières ou industrielles liégeoises. Âgé de 32 ans, il est choisi par les Liégeois pour les représenter au conseil communal de leur ville. Quelques mois plus tard, il est désigné comme échevin de l’instruction publique (21 août 1873 – avril 1884). En octobre 1882, il est appelé à remplacer le député D. Mouton décédé, sur les bancs de la Chambre. Il y siège durant dix années avant d’être désigné au Sénat, le 4 avril 1893. Représentant du parti libéral, il prend volontiers part aux discussions parlementaires relatives aux budgets, notamment celui de l’instruction publique. Partisan de la neutralité en matière d’éducation, partisan de garantir la plus grande liberté de décision et d’action possible tant aux individus qu’aux sociétés, il s’oppose à toute réglementation permettant l’intervention de l’État. Dans cet esprit, s’inscrivant manifestement dans un courant libéral manchestérien prononcé, il s’oppose notamment à plusieurs projets de loi visant l’amélioration des conditions ouvrières. Son opposition aux libéraux progressistes et aux socialistes est évidente ; elle apparaît notamment dans son refus absolu d’accorder le suffrage universel, même tempéré par le vote plural. En matière économique, il est évidemment libre-échangiste. En matière militaire, il est partisan du service militaire personnel et obligatoire.

En 1882, lorsque Jules Wilmart fonde la Ligue wallonne de Bruxelles – ville où il s’est établi pour raisons professionnelles –, il entend lutter contre une proposition des députés Delaet et Coremans visant à l’introduction du flamand dans l’enseignement moyen. Dans ce débat intervient aussi, de façon très remarquée, le député libéral liégeois Alfred Magis (1883). C’est pour cette raison que, pendant de longues années, le libéral René Pouret accordera à Alfred Magis la paternité du Mouvement wallon.

Sénateur depuis 1893, Alfred Magis perdra son mandat en 1900 mais sera appelé à remplacer G. Montefiore démissionnaire. Actif lors des débats sur l’emploi des langues à l’armée et dans l’enseignement primaire, le parlementaire liégeois ne manquera pas d’attirer l’attention sur les griefs wallons. Magis poursuivra ses fonctions jusqu’au 24 novembre 1920, jour où il démissionne. Son mandat est alors exercé par Joseph-Maurice Remouchamps.

L'historien a aussi noté que Magis avait une résidence à Fouron-Saint-Pierre au château de la Roth.

Descendance_Magis.JPG

Même si Alfred Magis était resté liégeois, sa descendance s'était établie au château qui porte désormais son nom et Paul Herman, l'époux de sa petite-fille Jeanne Baar, fut même échevin de Fouron-Saint-Pierre pendant de nombreuses années.

 

C'est donc un pionnier du mouvement wallon que VOERBELANGEN a honoré en faisant de MAGIS un nom de rue.


 

10:29 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Gestion communale, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Comment est-ce possible?

Nous avons déjà beaucoup critiqué les nouveaux noms de rues et nous le ferons encore. Les deux dénominations dont nous parlerons aujourd'hui ont déjà failli coûter une amende à l'un de nos citoyens.

A Fouron-Saint-Martin, la majorité communale a donné le nom "Vogelstang" à une petite place (où se trouve le Centre sportif et culturel des Fourons et où l'Action fouronnaise a son siège). Il s'agissait de rappeler qu'à cet endroit se trouvait la perche du tir à l'oiseau.

 

20100727_101101_001.JPG

A Fouron-Saint-Pierre il y a un lieu-dit "Vogelsang" bien connu depuis longtemps.

 

 

 

20100727_144143_002.JPG

Deux noms, aussi proches phonétiquement, ne peuvent qu'induire des erreurs. Un médecin contrôleur s'est déjà trompé. Qu'arrivera-t-il lorsqu'un véhicule de secours se trompera à cause de cette bêtise?

 

10:05 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique, Vie locale | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Journalistes françaises sur la frontière linguistique

 

20100727_belgique_fond.1278679785.gif

 

Elise Barthet et Caroline Gillet parcourent la frontière linguistique pour une grande enquête. Elles étaient hier au Centre sportif et culturel des Fourons où elles nous ont interrogés.

20100727_001.jpg

L'interview de Nico Droeven.

Ce qu'elles auront retenu de leur périple fouronnais sera à lire bientôt sur leur blog du journal "Le Monde".

 

20100728_FSP.jpg

Les journalistes ont aussi rencontré Chantal Droeven dont le témoignage servira de fil conducteur.

09:52 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique, Web | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

24/07/2010

Notre cousin, le député Winand Heynen

Contrairement à ce que notre Sénateur-Bourgmestre de la N.V.A. écrit sur son site, le docteur Winand Heynen n'aurait pas été sénateur et il n'était plus de Fouron-le-Comte lorsqu'il a été élu député.

Winand Heynen, docteur en médecine, né à Fouron-le-Comte le 5 juin 1835, fils de Gilles Heynen et de Clémentine Walpot, a été député de Neufchâteau-Virton de 1900 à 1916. Il est décédé le 28 novembre 1916 à Bertrix. Il avait épousé Marie Joséphine Pierlot, née le 19 mai 1842 à Bertrix et y décédée le 25 novembre 1928, fille d'Auguste Pierlot et d'Apolline Gérard, née à Paliseul.

Comme le montre l'extrait ci-dessous de la biographie  (par Thierry Grobois, Editions Racine) du Ministre Hubert Pierlot, neveu de Marie Joséphine, Wynand Heynen n'était pas seulement médecin, mais aussi homme d'affaires, et surtout catholique très engagé:

 

Pierlot_1.JPG

On raconte qu'il est parvenu à obtenir le chemin de fer à Bertrix, intéressant pour ses ardoisières, en échange d'un vote favorable à la construction de fortifications voulues par Léopold II autour d'Anvers.

Wynand_Heynen.jpg

Aujourd'hui encore, une avenue porte son nom à Bertrix.

Notre cousin? Eh oui, nous avons une ancêtre commune en la personne de Pétronille Vandeberg:

Parents_Heynen_Broers_Xhonneux.JPG

Il est en effet notre cousin au 8ème degré. Et je ne désespère pas de retrouver, grâce à mon ami Paul Delforge de l'Institut Jules Destrée qui m'a fourni quelques renseignements, des interventions de Winand Heynen défendant son terroir wallon et luxembourgeois.

10:20 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/07/2010

Sénateur Broers, ignorance ou raciste ?

1890.JPGDe plus en plus, on constate que M. Broers n'a de la considération que pour les Fouronnais "nés natifs" ("geboren en getogen Voerenaar"). J'avais cru que les Néerlandais échappaient à son mépris, mais dans un commentaire récent concernant Benoît Houbiers, j'ai constaté que l'ascendance hollandaise ne suffisait manifestement pas.

Et c'est ainsi qu'il s'autoproclame le seul et unique Fouronnais siégeant depuis 1890 au Sénat. On lui a effet rapporté qu'un docteur Heynen de Fouron-le-Comte aurait siégé dans la Haute Assemblée à cette époque et que ce Monsieur se serait illustré par les vitraux qui portent son nom à l'église de Fouron-le-Comte. Belle carrière politique, n'est-ce pas?

Par oubli, inculture ou racisme? Il oublie en effet que Jean-Marie Happart, habitant de Fouron-Saint-Pierre, a été député de 1985 à 1991, puis sénateur coopté de 1991 à 1995 et enfin sénateur élu direct de 1995 à 2007. Voilà quelques pas que le tout frais sénateur d'aujourd'hui devrait accomplir.

Il oublie aussi un des pères du mouvement wallon, Alfred Magis de Fouron-Saint-Pierre (celui qui a construit le château ... Magis), député de 1882 à 1890 et ensuite sénateur jusqu'en 1920.

C'était un petit rappel de deux longues carrières au Sénat. H. Broers n'y siégera pas aussi longtemps puisque l'objectif de son parti est de faire disparaître le Sénat.

Mais il semble que pour notre sénateur d'un jour tout ce qui n'est pas "geboren en getogen" ne compte pas. Serait-ce autre chose qu'une forme de racisme?

17:22 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

03/07/2010

Plus ou moins de tolérance linguistique?

 

 

Magnebos_Magnebois_Voeren2000

Magnebos_2010

La plaque de « Voeren 2000 » sur la maison de Louis Hanssen à l’époque.

La nouvelle plaque officielle de la commune des Fourons dirigée par Huub Broers.

 

La flamandisation du paysage fouronnais est une préoccupation constante du groupe qui dirige notre commune. Avant même d’être au pouvoir, le gouvernement flamand lui avait déjà donné des moyens importants (pour y parvenir) en mettant en place le centre d’information « Voeren 2000 ».

On se rappellera que « VOEREN 2000 » avait placé une signalisation privée qui préfigurait les décisions que « VOERBELANGEN » voterait quelques années plus tard.

En 1996, « VOEREN 2000 » tolérait encore la version française « MAGNEBOIS ». En 2010, alors qu’on pourrait croire que le fait d’être au pouvoir va souvent de paire avec une plus grande ouverture d’esprit, nous devons constater qu’il n’en est rien puisque la seule version « MAGNEBOS » subsiste.

 

13:42 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

29/06/2010

Tu lui prêtes 800.000 € ?

Complexe_Foron_avant

La commune des Fourons lance un appel aux prêteurs dans le Bulletin des Adjudications. Elle souhaite financer son méga-projet d'extension de la maison communale pour y loger le C.P.A.S., quelques autres services et l'atelier de repassage (?).

Contrairement à la jurisprudence constante de la Commission permanente de Contrôle linguistique, rappelée dans l'avis n° 39019 du 24 octobre 2008, la commune, représentée par Mme Hilde Clerx, s'évertue à ne publier ses avis qu'en néerlandais, alors que la loi lui impose de le faire dans les deux langues.

Pourquoi?

Pour obéir avleugément à Huub Broers pour qui "les directives des autorités [...] sont bel et bien déterminantes", comme il il'écrit dans son journal d'information communal. 

Or, des juristes éminents comme le professeur Christian Behrendt, professeur à l’Université de Liège, ou Frédéric Gosselin, assistant à l’Université Libre de Bruxelles, accordent une place primordiale à la jurisprudence de la Commission permanente de Contrôle linguistique et aux dispositions des lois coordonnées sur l’emploi des langues en matière administrative, dispositions qui font de la CPCL – et non du Conseil d’Etat – l’instance de référence en la matière.

20:39 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

16/06/2010

Des chiffres officiels!

Sur son blog, Huub Broers écrit que le nombre d'électeurs aurait augmenté dans les bureaux fouronnais ("Eerste vaststelling op deze verkiezingsdag is dat er weer meer mensen in Voeren kwamen stemmen dan voorheen.").

Quelques chiffres officiels (site du Ministère de l'Intérieur) pour rétablir la vérité:

electeurs

Ces chiffres montrent deux choses que Monsieur le Bourgmestre ne dit pas:

  1. le nombre d'électeurs belges a encore diminué dans notre commune
  2. les Fouronnais se présentant à l'école provinciale sont en diminution, contrairement à ce qu'il affirme.

Par ailleurs, il écrit qu'il n'aime "Le Foron" et les articles qui y sont publiés. Nous le savions, merci.

 

 

 

08:13 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook |

24/05/2010

Brocante à Fouron-Saint-Martin

20100523_brocante_FSM

Nous avions invité quelques candidats aux élections du 13 juin 2010 à venir nous rejoindre à Fouron-Saint-Martin à l'occasion de la brocante annuelle. 

Edmund Stoffels (PS), Milou Rikir (W+) et Rodolphe Sagehomme (cdH) nous avaient assurés de leur soutien, mais étaient retenus ailleurs par d'autres obligations, tandis que Didier Gosuin (FDF), Christophe Lacroix (PS), Katty Firquet (MR), Willy Demeyer (PS) et Marcel Neven (MR) avaient fait le déplacement.

Merci à eux et pensons à eux en allant voter à Aubel le 13 juin prochain.

 

09:27 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

18/05/2010

Remi Heynen

Remy Heinen est décédé ce lundi 17 mai à Hermalle après une longue maladie. Il était né en 1937 et aurait donc eu ses 73 ans le 13 août prochain.

Remi_Heynen_ecole

Remi Heynen a été conseiller communal des Fourons pendant le mayorat de José Happart de 1983 à 1988. Il ne s'était pas représenté aux élections en 1988 pour des raisons professionnelles. Il avait mis sa rigueur professionnelle au service de la commune et on le voit d'ailleurs sur cette photo examinant les plans de la transformation de l'école commune à Fouron-Saint-Martin.

Remi_Heynen_harmonie

Remi Heynen faisait partie de l'Harmonie communale de Teuven dont il a été le secrétaire jusqu'en 1990. Avant cela, il était le cheville ouvrière de Sinnich Attraction, le comité qui organisait une kermesse dans ce hameau de Teuven. 

Remi Heynen était en effet un Fouronnais "complet": sa famille venait de Fouron-le-Comte, il a fait sa jeunesse à Teuven où il a épousé Nelly Duysens (mais le mariage civil a été enregistré à Fouron-Saint-Martin puisque Nelly était domiciliée à La Planck), puis, conseillé par son oncle Hubert Lemlyn, échevin de Fouron-le-Comte, Remy a installé sa petite famille à Mouland où ses filles Elvire et Monique ont grandi.

 

17:16 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/05/2010

Nouvelle mesquinerie par circulaire

Bourgeois

Le ministre flamand (flamingant) des Affaires intérieures, Geert Bourgeois (N-VA), a rappelé mardi dans une circulaire à toutes les communes flamandes, mais aussi aux CPAS et intercommunales, qu’elles ne pouvaient tenir de registre linguistique pour identifier la langue de préférence de leurs habitants. Cette interdiction est liée à la loi sur l’emploi des langues et à celle sur la protection de la vie privée, a-t-il indiqué. M. Bourgeois soupçonne certaines communes à facilités de tenir de tels registres. Il a rappelé que les habitants de ces communes pouvaient s’adresser à leur administration communale en français s’ils le souhaitaient, mais que cette demande devait être formulée à chaque fois. Les communes doivent d’abord inscrire leurs habitants en néerlandais.

Or, le Ministre Bourgeois n'est pas compétent pour régler  une législation fédérale, à savoir la loi du 8 août 1983 organisant un registre national des personnes physiques et ses arrêtés d'exécution.

Si il est vrai que le code linguistique ne figure pas parmi les informations dites légales conservées au Registre national pour toute personne physique établie sur notre territoire, le maintien de ce code est justifié pour l'application des lois sur l'emploi des langues en matière administrative, ainsi que l'a rappelé la Ministre fédérale de l'Intérieur, en réponse à des interpellations sur ce sujet en Commisison de l'Intérieur le 21 avril dernier.

Elle a d'ailleurs ajouté à ce propos  que l'omission de ce code du Registre national aurait pour effet de perturber grandement les échanges administratifs entre les services publics et les particuliers, notamment dans les communes à régime linguistique spécial.

Le Ministre Bourgeois n'a donc aucune autorité pour interdire la tenue dans ces communes de registre "linguistique" pour leurs contacts avec les citoyens.

Par ailleurs, la Ministre fédérale de l'Intérieur a confirmé que les communes pouvaient appliquer la circulaire Peeters mais n'étaient pas obligées de le faire. 

18:58 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

14/05/2010

Le droit de vote des Fouronnais de l'étranger

Je viens de trouver ce témoignage sur FACEBOOK:

"Avec la bonne intention d'aller vote, je vais a la commune de Fourons pour le document necessaire, l'envoie au Consulat de Toronto et reçois une reponse en retour, en anglais : Voeren is in Flanders and document has to be in Dutch !!!"

Voilà encore un citoyen bien intentionné qui risque bien de ne pas voter le 13 juin. Que feront nos hommes politiques pour lui permettre de voter comme les autres Fouronnais à Aubel?


VOTONS



08:21 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

10/05/2010

Al Capone avait une blanchisserie, le P$ liégeois a Tecteo et Huub Broers est au conseil d'administration

La stratégie de Tecteo inquiète le député wallon Pierre-Yves Jeholet (MR).
TECTEO2

S’affichant désormais comme un opérateur multifacettes avec des intérêts dans les médias (BeTV, Twizz), le triple-play (télédistribution combinée à la téléphonie et Internet), les services Internet (Win) et les fonds de pension (Ogeo fund), Tecteo (ex-ALE) continue à susciter des interrogations. Concrètement, des observateurs se posent des questions sur la stratégie de développement de la société. Le député wallon, Pierre-Yves Jeholet (MR) a interpellé récemment les ministres régionaux Jean-Claude Marcourt (PS, Economie, Technologies nouvelles) et Jean-Marc Nollet (Ecolo, Energie, Développement durable) sur la question. Quelles sont les intentions claires du management ? Le statut bi-régional de Tecteo empêche-t-il tout contrôle du gouvernement wallon sur le projet économique de l’entreprise? Les clients dépendant de la distribution d’électricité de Tecteo paient-ils plus cher, la diversification des activités de l’ex-ALE est-elle responsable des tarifs élevés imposés aux consommateurs ? Pour le député libéral wallon, des réponses claires s’imposent.

Malheureusement, il y a eu une erreur d’aiguillage, les services du Parlement ayant transféré les questions au ministre Paul Furlan (PS, Pouvoirs locaux).

Le ministre Furlan a néanmoins apporté des réponses à la marge au député Jeholet. "Aucun accord de coopération n’étant intervenu à ce jour en application de la loi spéciale du 8 août 1980, Tecteo n’est aujourd’hui plus soumis aux dispositions du code de la démocratie locale et de la décentralisation relatives aux intercommunales et à la tutelle. Pour cette raison, je ne suis pas en mesure de me prononcer sur les éléments relatifs aux engagements intervenus depuis lors ou encore sur la gestion économique de l’intercommunale", lit-on dans sa réponse. Mais il précise avoir entrepris les démarches en vue de la conclusion d’un accord de coopération avec les autres Régions pour que la tutelle wallonne s’exerce aussi sur les intercommunales plurirégionales. Les ministres Marcourt et Nollet seront de nouveau sollicités cette semaine sur la stratégie de Tecteo.

(D'après un article de Philippe Lawson dans  "La Libre Belgique" du 10 mai 2010 - Le titre a été emprunté à un commentaire d'un lecteur de La Libre Belgique).

La décision de la commune des Fourons d'adhérer à TECTEO le 18 juin 2009 a déjà fait l'objet de commentaires sur le site du Groupe "Retour aux Libertés".

 

09:54 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

06/05/2010

Retour des promenades?

 

VVB

 

VVB annonce son retour aux Fourons ce samedi 8 mai 2010.

Extraits de l'invitation:

We blijven we de Vlaamse Voerenaars een duwtje in de rug geven. Niet zoals vroeger door te gaan betogen, maar wel door er te wandelen, fietsen, eten en drinken. Een toeristische tactiek die de voorbije jaren haar vruchten heeft afgeworpen.

Traduction: Nous continuons à donner un coup de pouce aux Fouronnais flamands. Pas comme avant en allant y manifester, mais en allant promener, faire du vélo, boire et manger. Une tactique touristique qui a livré ses fruits au cours des années passées.

 

Eind 2009 overleed Eric Crommelynck, de ‘generaal’ van Voeren, de man die begin de jaren 1980 de wandelingen in de Voerstreek in goede banen leidde. Zonder hem was Voeren niet wat het vandaag is. Om hem te herdenken brengen we de wandelaars naar Noorbeek (NL), waar destijds de meeste marsen startten. 

Traduction: Eric Crommelynck, le "général" des Fourons, est décédé à la fin de l'année 2009. Il était l'homme qui mit les promenades aux Fourons en bonne voie au début des années 80. Sans lui, les Fourons ne seraient pas ce qu'ils sont aujourd'hui. En souvenir de lui, nous amènerons les promeneurs à Noorbeek (Pays-Bas) d'où partaient les marches à l'époque.

Bij de start is er een historische toelichting door Guido Moons (ere-voorzitter VVB en voormalig TAK-woordvoerder) en Huub Broers, burgemeester van Voeren.

Traduction: Au départ, un exposé historique par Guido Moons (président d'honneur du VVB et ancien porte-parole du TAK) et Huub Broers, bourgmestre des Fourons.

Huub Broers, apôtre de la paix pour les francophones, comme il l'affirmait encore ce week-end sur les ondes de la télévision commerciale francophone, assurera l'accueil des manifestants.

La preuve est que ce qu'ils n'obtiennent pas par la politique, ils l'obtiennent  par la violence.

journaliste-RTL-frappé-par-Theunessen

On ne sait pas encore si un comité d'accueil francophone est prévu. Est-il nécessaire de signaler que tout ce petit monde sera accueilli au stade de Valentijn Theunissen, celui-là même qui se fit filmer en frappant un caméraman de RTL à la tête avec une barre de fer? 

 

 

 

 

 

10:08 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |