12/05/2017

A lire dans PAN du 12 mai 2017

Capture d’écran 2017-05-12 à 09.26.13.png

09:31 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Facilités linguistiques, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/03/2017

Huub Broers 1000 % d'accord avec Grégory Happart

Capture d’écran 2017-03-25 à 17.04.13.png

17:19 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/01/2017

Via plusieurs pirouettes, l’intercommunale liégeoise échappe, avec la complicité de Voerbelangen, au cadre légal régional.

La chronique est longue et ardue. A tel point que même nos interlocuteurs, experts du dossier, semblent s’y perdre. En réalité, cela fait plus d’une décennie que le phénomène est dénoncé cycliquement au sein du monde politico-économique wallon. "La nébuleuse Nethys et ses pratiques conduisent à abîmer la démocratie", peste d’emblée une source parlementaire régionale. 

Et de planter le décor : "Le groupe Nethys/Brutélé (Voo) échappe depuis plus de dix ans au droit wallon. Son actuel directeur général, Stéphane Moreau, par ailleurs bourgmestre socialiste de la commune d’Ans, multiplie les entourloupes afin d’échapper aux législations wallonnes en matière d’intercommunales et d’interrégionales ainsi qu’au contrôle de la tutelle."

Pour bien com prendre l’enjeu, il faut remonter en 2005. A l’époque, c’est l’ALE, l’Association liégeoise d’électricité, qui est en charge de la distribution d’électricité dans la Cité ardente ainsi que dans quelques communes de la province de Liège (jusqu’à son intégration au groupe Tecteo sous le nom de Resa Electricité à la fin des années 2000).

Lorsqu’il prend les commandes de l’intercommunale, Stéphane Moreau décide d’y faire entrer la commune des Fouronscommune à facilités enclavée en Région wallonne mais rattachée depuis 1963 à la province flamande du Limbourg. L’objectif : se mettre à l’abri des règles wallonnes en matière d’intercommunales et ainsi échapper à la disposition décrétale régionale de l’époque qui interdisait aux directeurs d’intercommunales d’être en même temps bourgmestre d’une commune wallonne. "En incluant les Fourons dans l’opération, Stéphane Moreau et l’ALE contournaient ainsi le droit wallon et le contrôle de tutelle", s’offusque une source proche du dossier. 

Ceci, au nez et à la barbe des autres directeurs d’intercommunales qui s’étaient pour leur part soumis aux règles alors en vigueur. Au cours des années qui suivront, ce cas singulier d’"ingénierie" fera l’objet de multiples débats animés au sein du Parlement wallon ainsi qu’avec les autres régions du pays. Le but ultime donc : récupérer la tutelle et l’application du droit régional sur l’ALE.

Lire la suite

12:04 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

31/12/2016

Echevin mal informé

A propos du conseil communal du 29 décembre 2016 (dont vous pouvez lire le compte-rendu du Philippe Leruth dans l'Avenir du 31 décembre ou un autre ici), ce billet d'humeur de la page "Silence on jase":

Capture d’écran 2016-12-31 à 09.40.52.png

09:45 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/10/2016

40ème Fête du Peuple fouronnais

numérisation0013.jpg

(Un article de Philippe Leruth dans L'Avenir du 15 octobre 2016)

Hier soir, c'était la répétition générale.

12:37 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Festivités, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/07/2016

La Belgique à l’Onu contre les discriminations ? Les francophones de Flandre se pincent

Capture d’écran 2016-07-13 à 07.28.13.png

La Coalition des francophones de Flandre entend faire reconnaître les siens comme une minorité nationale. Ce qu’elle n’a toujours pas réussi à faire… surtout parce que la Flandre refuse obstinément de ratifier la convention-cadre sur les minorités nationales. C’est donc avec un certain étonnement qu’ils ont pris connaissance de déclarations prononcées lors du coup d’envoi de la campagne belge pour siéger au conseil de sécurité de l’Onu (lire ci-contre). Etonnement lorsque Didier Reynders prétend à l’Onu que "les premières priorités du Royaume sont le respect et la promotion des droits de l’homme". Etonnement encore quand la reine Mathilde met en avant "la lutte contre les discriminations". "Il faut rappeler", précise Edgar Fonck, cheville-ouvrière de la coordination, que "la Belgique n’a toujours pas ratifié le protocole 12 visant à lutter contre toute forme de discrimination; qu’elle ne s’est toujours pas dotée d’un Institut national des droits de l’homme et qu’elle n’a toujours pas ratifié la convention-cadre pour la protection des minorités nationales".

(Dans "La Libre Belgique" du 13 juillet 2016)

07:30 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

02/06/2016

Au conseil communal du 26 mai 2016

conseil.jpg

Petite erreur de notre chroniqueur du journal "L'Avenir" (édition du samedi 28 mai 2016): ce n'était pas la première absence de Huub Broers.

05:48 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

19/03/2016

Décès d'Armel Wynants

Armel-Wynants.gif

Article de Philippe Leruth dans "L'Avenir" du 15 mars 2016

17:21 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Personnalité fouronnaise, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/09/2015

Au conseil communal du 17 septembre 2015

Philippe Leruth nous rapporte quelques informations du conseil communal de jeudi dernier:

Convertis-3.jpg

Convertis-4.jpg

 

19:18 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/09/2015

Il n'y a plus de cas Tomsin

Tomsin.jpg

"L'Avenir" du 7 septembre 2015

Rik Tomsin a en effet siégé illégalement pendant 2 ans (mais qui pourra le sanctionner ou qui pourra sanctionner le président du conseil communal qui connaissait la situation et n'a rien fait?) et il continue à fonctionner comme concierge pour le service technique communal.

18:42 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

31/07/2015

Une réserve naturelle

Leruth.jpg

Un billet de Philippe Leruth dans "L'Avenir" du 30 juillet 2015:

Réputée une des «plus belles de Flandre», la commune de Fourons prend des allures de «réserve naturelle» : elle ne compte plus que 4 083 habitants (2 069 hommes et 2 014 femmes), contre plus de 4 400, au moment des fusions, pour les six villages de l'entité, transférés contre leur gré au Limbourg en 1963. Au solde naturel s'ajoute en effet un solde migratoire également négatif : les jeunes Francophones, lassés, vont toujours s’établir dans les communes wallonnes voisines. Et désormais, des Hollandais (25 % de la population) âgés repartent pour les Pays-Bas.

10:15 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique, Vie locale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/06/2015

Ronin comme Scapin: la galère?

20150625_1114 - copie.jpeg

Jour.gif

Des "Fourberies de Scapin", une réplique est passée non seulement à la postérité mais aussi dans le langage populaire : « Mais que diable allait-il faire dans cette galère ? » (la galère turque où Léandre est retenu prisonnier), que l’on retrouve jusque dans l'expression triviale « Quelle galère ! ». Pour les contemporains, cette phrase avait un sel tout particulier puisqu'il s'agissait d'une moquerie à peine déguisée à l'endroit du « Père Vincent » (connu aujourd'hui sous le nom de « Saint Vincent de Paul »), proche des jansénistes, prêtre catholique français renommé pour sa charité, qu'il exerça notamment auprès des galériens - dont il était aumônier. La référence à « qu'allait-il faire dans cette galère », au-delà du fait que le père Vincent était aumônier des galériens, se référait surtout aux conditions rocambolesques de la capture du Père Vincent, encore jeune, par les pirates en Méditerranée, et par les conditions ensuite de son évasion… histoire que les contemporains, dont Molière, avaient peine à croire. (Extrait de WikiPedia).

11:52 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/06/2015

Avec les autres francophones de Flandre

llb13-14062015p10.jpeg

14:30 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Facilités linguistiques, Francophonie, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/05/2015

Silence, on jase (samedi 2 mai 2015 - L'Avenir)

Capture d’écran 2015-05-02 à 10.09.12.png

10:11 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

12/10/2014

Pas rassurant pour P.Y. Jeholet...

Jeholet.jpeg

Il faut en effet savoir que la ferme pédagogique où se rendront les invités à la 38ème Fête du Peuple fouronnais est aussi le cadre d'une FETE DE LA TOMATE !

(Article de Philippe Leruth publié dans "L'Avenir" du 11 octobre 2014).

09:16 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/09/2014

Le ministre fédéral de l'intérieur, garant des facilités ?

Un candidat s'est déjà révélé pour le ministère de l'intérieur du gouvernement suédois. 

NVA.jpeg

"L'Avenir" du 18 septembre 2014

Est-il pensable que les Francophones du gouvernement suédois laissent les lois linguistiques (bétonnées, comme ils disaient) entre les mains de Théo Francken? Etat de droit et loyauté fédérale sont des notions que ce monsieur ignore, apparemment.

12:00 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Facilités linguistiques, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

12/07/2014

La N-VA n'a pas récompensé Huub Broers une deuxième fois

silence1.jpg

"L'Avenir" du samedi 12 juillet 2014

silence2.gif

07:43 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/05/2014

D'étranges convocations

Convocations_2014-05-08-08.18.48.jpg

Rappelons donc que

  1. les électeurs reçoivent cette convocation en français sur simple demande
  2. les Fouronnais peuvent voter à Aubel pour le Parlement européen et la Chambre des Représentants (députés belges)
  3. les sénateurs ne seront plus élus directement (leur élection n'a donc plus lieu)
  4. les bureaux de vote sont ouverts à Aubel entre 8 et 14 heures.

16:56 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Elections, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

04/05/2014

Se déshabiller pour boire un verre ?

Capture-d’écran-2014-05-04-à-11.16.10.jpg

Selon "Het Belang van Limburg", des syndicalistes FGTB qui avaient manifesté contre les licenciements à la Ville et au C.P.A.S. d'Anvers ont été contraints par la police d'enlever leurs vestes syndicales pour s'asseoir à une terrasse et y boire un verre. C'est sans doute une nouvelle définition de la liberté, selon le grand homme, copain de Huub Broers, qui dirige cette ville.

11:24 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/03/2014

La maligne de Voerbelangen épinglée par "Silence on jase".

Maligne.jpg

Dans "Silence on jase" du journal "L'Avenir" de ce samedi 29 mars 2014, Philippe Leruth raconte la mésaventure survenue jeudi à la conseillère Yolande Daems, qui est pourtant toujours si sûre de ses faits, gestes et propos.

17:33 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

22/02/2014

Un piège de 72 mètres pour les automobilistes

Avenir_2.jpg

"L'Avenir" du 22 février 2014 (pages régionales)

18:48 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Gestion communale, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Après la vente de l'école francophone

Avenir_1.jpg

"L'Avenir" du 22 février 2014

18:46 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Enseignement, Gestion communale, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/02/2014

"L'Avenir" annonce la vente de l'école francophone

425.jpg

Philippe Leruth l'annonce dans "L'Avenir" de ce mardi 18 février, la vente de l'école francophone est à l'ordre du jour du conseil communal des Fourons de jeudi soir.

11:23 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique, Vie locale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le succès d'un livre?

Livre_2014-02-18-11.11.10.jpg

Si l'on apprécie le succès d'un livre au nombre de volumes volés, celui-ci a pris un bon départ. Sur les 4 premiers exemplaires commandés (aux Etats-Unis puisqu'il y est imprimé), 3 exemplaires ont été volés en cours de route.

1/5/2014: une nouvelle version augmentée et plus aérée est désormais disponible en version papier (356 pages) chez Createspace et en version électronique chez Kindle.

11:20 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

02/02/2014

Broers = Caliméro ?

Huub.jpg

Dans "L'Avenir - Le Jour" ce samedi 1er février 2014

11:31 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

21/11/2013

Tibet - Fourons

Le bourgmestre des Fourons Huub Broers a qualifié de "brutale, grossière et agressive" la comparaison entre l'  « annexion » au Limbourg des Fourons et l'attitude de la Chine envers le Tibet faite par les associations francophones RAL et Action Fouronnaise dans un toutes boîtes diffusé à l'occasion des cinquante ans du transfert de cette municipalité à la Flandre.

Le trimestriel « Nouvelles de Flandre » publie un article intéressant à

ce sujet dans son numéro 70 :

Tibet_titre.jpg


« Minorité francophone en Flandre belge, minorité tibétaine en République populaire de Chine : même combat ! » Mais quelle mouche nous pique-t-elle d'oser pareil amalgame ? Direz-vous.

En fait, c'est bien plus qu'une image... ou une mouche : c'est une prise de conscience, une réalité, l'expérience vécue d'une même technique d'encerclement, de harcèlement, de déculturation/inculturation, de désespérance parfois mais aussi, et toujours de résistance rampante ou déclarée, en deux coins de la planète situés à des milliers de kilomètres de distance.

C'est l'expérience vécue aujourd'hui, c'est-à-dire il y a quelques mois à peine, au terme d'une mission menée dans cette sous-région de l'Etat-Nation chinois. Expérience en constant renouvellement puisque les outils, les lois et les alambics sont, décennie après décennie, les mêmes, toujours en place, dans le même laboratoire ethnographique, politique et culturel, au terme d'une mission au Tibet en tous points semblable aux précédentes. A cette (petite) différence près que les conclusions cette fois sont encore plus pertinentes, et cela que l'on soit posté à Gand ou à Bruxelles d'une part, à Lhassa ou à Pékin d'autre part.

Soyons clair : le Tibet - aujourd'hui institué « région autonome du Tibet » (RAT), sauf qu'en langue chinoise Tibet se dit « xizang » c'est-à-dire, littéralement, « territoires de l'Ouest » ou, de manière plus imagée encore, « Far-West » - est une colonie aussi sévère et implacable que le furent naguère, parmi tant d'autres, Cuba, le Sahara ou l'Indonésie.

Génocide culturel

L'identité culturelle, religieuse et linguistique du peuple tibétain est niée au point que l'actuel dalaï-lama Tenzin Gyatso, prix Nobel de la Paix 1989 et chef spirituel des Tibétains, parle avec raison « de génocide culturel ».

Depuis l'occupation du pays de 1949 (qui avait été un Etat indépendant de 1912 à 1950), de nombreux soulèvements populaires, rébellions, arrestations massives, massacres, destructions du patrimoine s'y sont déroulés, avec des pointes en 1959, 1966, 1992, 2008. La situation n'a cessé d'empirer au point que depuis 2009 les suicides publics par immolation (on en compte plus de 125) et tentatives d'immolation - l'ultime acte de révolte auquel peut se résoudre un être humain - se multiplient, au Tibet même et en particulier à ses frontières, aux « marches » de la RAT c'est-à-dire dans les quatre autres provinces dites chinoises dont les territoires ethniquement tibétains ont été amputés du Tibet historique.

De loin (c'est-à-dire depuis son poste d'observation indien de Dharamsala), le dalaï-lama, fidèle à des principes de non violence, ne peut que lancer des appels à la modération aux autorités chinoises... ainsi qu'à son propre peuple, dont la jeunesse est de plus en plus tentée par l'emploi de la force et de la révolte ouverte. Alors que lui-même est traité par Pékin, selon l'humeur du jour, de séparatiste, putain, bandit, valet à la solde de la CIA, défroqué, imposteur, usurpateur de titres, etc, tandis que ses proches sont, au mieux, étiquetés «membres de la clique du dalaï-lama ».

La question a été posée aux responsables chinois du Tibet et aux représentants de ce que l'on pourrait appeler « la clique pétainiste de Lhassa » (c'est-à-dire un certain nombre de Tibétains influents issus des milieux politiques et commerciaux de la RAT ayant accepté, par intérêt et servilité, des responsabilités de gestion politique, l'équivalent de ce que l'on appelait, en Europe occupée, les « collaborateurs ») : « comment expliquez-vous cette vague d'auto-immolation de Tibétains, parmi lesquels des moines, des nonnes, mais aussi des pères et mères de famille et surtout des jeunes ? ».

La réponse était à couper le souffle : « ce sont des épiphénomènes, des incidents non significatifs car la plupart des cas enregistrés étaient, sinon des malades mentaux avérés, du moins de personnes souffrant de graves déficiences psychologiques... et, de surcroît, la majorité des cas se sont produits non pas dans la RAT (la portion congrue dite autonome du Tibet administratif chinois, Ndlr) mais dans les partie de provinces chinoises voisines, à la périphérie de la RAT ».

Et nous voici arrivé au cœur de notre hypothèse dite « du même combat » Flandre - Tibet. Où, en Belgique, la lutte pour le respect des francophones est-elle la plus vive, la plus dynamique, la plus créative ? En Wallonie ? Certainement pas, il n'y a pas péril en la demeure. A Bruxelles-région de 19 communes ? Elle l'est, certes, mais moins que dans les communes à facilités, moins que dans les communes flamandes de la périphérie bruxelloise, moins encore que dans tous les lieux, urbains ou non, de la Région flamande où vivent des minorités francophones plus ou moins importantes (Gand, Anvers, Bruges, Courtrai, littoral, Fourons, autres zones proches de la frontière linguistique).

C'est évidemment dans ces « marches » où la protection des francophones est proche du point zéro que l'on trouve les personnes les plus combatives en vue de défendre leur identité culturelle et linguistique puisque, rappelons-le, là ils n'ont même pas le droit de recevoir, pour leurs propres activités culturelles, des subventions d'autorités belges représentatives des francophones. Bien sûr, la situation en Flandre n'est pas aussi pourrie que celle qui prévaut au Tibet.

Mais la problématique est la même. Prenons l'enseignement de la langue tibétaine : il n'est pas interdit dans la RAT. L'école gardienne et primaire se donne encore en tibétain... par des gardiennes et institutrices Hans, donc chinoises, n'ayant qu'une connaissance élémentaire et très partielle du tibétain, langue maternelle de la majorité (jusqu'à nouvel ordre) des enfants de leurs classes.

Arrivés au secondaire, ceux-ci se voient dispenser toutes les matières en chinois mandarin (une langue structurellement et culturellement étrangère au tibétain). On leur offre le choixentre deux cours de langue à option : l'anglais ou le tibétain. Mais pour ceux qui choisiraient le tibétain... pas question d'apprendre l'anglais. Or, au Tibet comme ailleurs où règnent en maîtres portables, smartphones et autres appareils électroniques généralement réglés sur la langue anglaise, ne pas opter pour « l'anglais seconde langue » revient à se couper de la modernité et de l'ouverture sur le monde.

Résultat : les adolescents poursuivent leur cursus en chinois, oublient ou abandonnent peu à peu l'usage de leur langue maternelle. Plus tard, à l'université, tout se fait en chinois et en anglais, sauf pour les quelques rares intellectuels ou religieux qui opteraient pour la philologie tibétaine.

Et hop ! le tour est joué : tous les jeunes Tibétains deviennent sinophones... et cela ne leur a nullement été imposé, n'est-il pas ? Puisque ce sont eux-mêmes qui l'ont demandé ! Processus aussi pervers dans son principe que l'interdiction en Flandre ou dans la périphérie flamande Bruxelles de promouvoir et diffuser la langue et la culture françaises.

A quand une « université d'été » des partis nationalistes flamands du « Plat pays » dans la capitale du « Toit du monde », le Tibet du dalaï-lama ?

 

Jacques CHARNEUX

15:53 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

10/09/2013

Rentrée politique du Rassemblement wallon (qui n'a pas oublié les Fourons)

Rentrée politique du Rassemblement Wallon avec ses Assises, ce samedi 7 octobre à Charleroi.


Coq_RW.jpgEtaient invités à prendre la parole : Mme Marie-Claire Daloze,
Présidente de la Ligue Wallonne de la Région de Bruxelles,
 

        Mme Mahieu Nézia, responsable de l’ex-Parti Féministe Humaniste ;

        José Fontaine, responsable du groupe Toudi ;

        Jacques Dupont, Président de Wallonie Libre.


Ont présenté la situation politique pour le R.W., Laurent Vandamme, LudovicLibert et André Libert 

Devant une assistance particulièrement attentive. Ils ont plaidé pour un confédéralisme à quatre comme solution minimum. 

Face aux partis traditionnels qui cèdent régulièrement aux demandes flamandes, ils ont acté la nécessité de maintenir le Rassemblement Wallon, parti démocratique, social et ouvert.


Voilà 50 ans que les Fourons ont été annexés et flamandisés. La NVA veut cogérer Coq wallon NB .jpg Bruxelles où ne subsistent que 6% de Flamands. Elle entend demain absorber les communes à facilités à larges majorités francophones. Ensuite, elle voudra cogérer la Région de langue allemande. La Flandre n’est jamais satisfaite, elle en veut

toujours plus. Les partis traditionnels ont toujours cédés et ils céderont encore pour sauver une Belgique toujours plus flamandisée et dont nous ne voulons plus.


Le R.W. salue fraternellement le Mouvement Autonomiste Jurassien qui a obtenu la votation nécessaire au libre choix des Jurassiens.


L’Assemblée a ensuite voté pour son nouveau Bureau qui a été élu à l’unanimité. Les Assises se sont terminées par le Chant des Wallons exécuté devant une assemblée debout et bien déterminée  à défendre la Wallonie.  


Pour le Bureau, L. Vandamme, A. Libert, D. Jacob, C. Vinckbooms, L. Libert, D. Harmegnies, C. Casanova, F. Moraux, M. Horney,  J. Lemaire, L. Cartilier, J.-L. Danel et V. Colin.


18:09 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique, Wallonie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/08/2013

Subir une humiliation complète.

Déjeunez_425.jpg

Ceux qui boivent du vin (avec modération, bien sûr), savent qu'au fond des bouteilles, on peut trouver un dépôt spécifique des boissons fermentées, la lie.
Si une bouteille est bue jusqu'à la lie, c'est donc qu'elle a été complètement vidée.

Ceux (et certains font aussi partie de la catégorie précédente) qui aiment passer une partie de leur dimanche matin à l'église, savent que le calice est cette coupe, ce récipient dans lequel le curé verse le vin de messe qu'il se fait ensuite un devoir de consommer intégralement ; donc jusqu'à la lie, si jamais il en a versé un peu avec le précieux liquide.

L'image de la complétude est ainsi facile à comprendre. Mais pourquoi cette notion de souffrance ou d'humiliation ?

Dans la langue de l'Église, le mot 'calice' (qui vient du latin 'calix' et désignait une coupe, un vase à boire) désignait la Passion[1] ou le sang du Christ.
Mais surtout, il représentait aussi la colère de Dieu, un châtiment déjà pénible à subir, comme chacun le sait, mais qui devenait réellement insupportable s'il fallait en plus le "vider jusqu'à la lie".

Au milieu du XVIIe siècle, par extension, le calice désignait une épreuve cruelle. Et de là est née l'expression à la fin du même siècle.

Voilà ce qu'évoque pour nous l'invitation reçue cette semaine pour le petit déjeuner royal (vu son prix payé par la commune) le 1er septembre prochain.

Lire la suite

07:22 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Actualité, Politique, Vie locale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/07/2013

Notre bourgmestre "de tous" mouché sur Twitter

Miki.jpg

Huub Broers est très actif sur Twitter, particulièrement pour critiquer la famille royale ou les hommes politiques qui en sont pas de son parti. Hier, il a voulu corriger le politologue Dave Sinardet.

Mal lui en a pris: Michaël Henen était attentif pour lui rappeler qu'une partie de la population fouronnaise sait très bien ce que "van ALLE" veut dire.

12:44 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/05/2013

Illégal ou - of illegaal

"L'Avenir" de ce samedi relate l'incident survenu au conseil communal du jeudi 23 mai 2013:

Wynants.jpgÉlu au conseil communal de Fourons, Armel Wynants joue volontiers au chat et à la souris - ou à kat en muis ? - avec la majorité Voerbelangen : les votes de Grégory Happart sont systématiquement déclarés nuls, parce qu'il les ponctue d'un «oui» ou un «non» en français ?  

Dernièrement, l'ex commissaire d'arrondissement-adjoint a provoqué l'annulation d'un de ses votes, légalement commenté ennéerlandais. Échaudé, Jean Duijsens n'a su que penser, jeudi, en l'entendant, assortir un de ses votes d'un...« Tak» : comme TaalAktie Komiteel «Cela signifie oui, en polonais» a précisé le trublion. Et le président du conseil fouronnais n'a pu juger à la lon­gueur du «a», censée faire foi, si Armel Wynants avait qualifié un autre vote d'«illégal» ou d'«ille-gaal». 

De quoi inciter le facétieux perturbateur à la récidive ?

09:59 Écrit par Jean-Louis Xhonneux dans Gestion communale, Politique, Vie locale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |